Séparatisme communautaire ?

Je suis choquée mon père, me disait une dame d’élégance (une comtesse), hier au téléphone de ce que vit la France, en route vers le laïcisme, le séparatisme, le LGBTisme. IL ne me restait plus qu’à lui rappeler la crise du COVIDISME et la grand-mère pétait une pile de son pace-maker devant moi. Par prudence et pour ne pas la faire passer outre-tombe, j’ai tempéré.
Mais je ne voulais pas passer trop de temps au cellulaire SFR, d’autant plus que les dépassements d’horaires contrairement aux dépassements d’honoraires médicaux ne sont pas remboursés aux prêtres en galères. C’est peut-être pourquoi j’ai essayé d’esquiver la réponse qui me paraissait fastidieuse. Mais l’octogénaire attendait sa réponse comme un pitbull sa pitance. Alors ?
C’est la raison qui m’a obligé à lui donner l’argumentaire que saint Jean Paul II avait prêché au Stade de Gerland à Lyon. J’avais 16 ans en 1986 et j’écoutais sa sagesse : “ Ne pointez pas non plus trop vite votre doigt accusateur sur les ”grands de ce monde” (ceux que l’on appelle les élites), ou sur d’autres catégories de personnes, ou d’autres pays…Dieu a créé le monde solidaire, la responsabilité humaine est complexe et beaucoup y ont part de façon solidaire.” (St Jean-Paul II)
 
En plein dans la figure, je jubilais intérieurement d’avoir fait comprendre à ma cliente téléphonique que si le désastre s’étale jour après jour devant nous en Occident, c’est aussi parce que chacun a participé à la conspiration du silence pendant ces années de déconstruction morale et éthique, laïcs, prêtres et évêques compris. Ce que l’on appelle le péché structurel ! Qu’autrement dit, elle et moi, nous sommes les deux grands problèmes de la dégringolade de la France. Sainte Mère Térésa aimait le dire aux journalistes qui lui opposait que l’Eglise avait des problèmes. La sainte rétorquait “ Vous et moi nous sommes ces problèmes tant que nous n’avons pas choisi la sainteté”.
La comtesse ma gonfla sérieusement et je senti mon système sympathique s’effondrer. Je passai en mode ” parasympathique” avec une autonomie neurologique réduite pour le coup, montant en pression. ” Oui mon père mais cet Athéisme Grandissant…bla bla bli, bla bla bla !!!”
La noble dame m’obligea à lui lire ces versets, odieux à l’oreille mais doux comme du miel aux entrailles :
 
 
 L’athéisme est un don de Dieu, il est le fruit de notre indignité”.  Il aide à lutter contre le faux christianisme à l’intérieur de nous et contre les ” ouvriers d’iniquité ” dont parle Jésus et à qui il dit ” Eloignez-vous de moi hypocrites grouillants dans nos synagogues, je ne vous connais pas“. (Père Alexandre Men + martyr russe de la Foi) 
 
Le grand théologien Paul Evdokimov (+) préconisait la création de chaires d’athéisme dans les écoles de théologie où l’on forme les séminaristes.
Je suis convaincu que pas un seul lieu de culte n’a été fermé sans la volonté de Dieu”, répète le Starets Russe.
Afrique du Nord, Cappadoce : Où sont les églises splendides où ont fleuri tant de pères de l’Eglise ? Pourquoi ces églises actuelles transformées en restaurants, musées et salles d’études ? Où est la responsabilité de chaque Homme ?
La solidarité dans le mal et la corruption, la solidarité dans les choix de morts et de scandaleux silences au sein même de nos communautés, ne sont-ils pas des examens de conscience à portée de mains et l’opportunité d’une conversion radicale dans cet AVENT 2020 ?
 
J’ajoute encore à la châtelaine, essoufflée de ma prédication remontée, que Saint Jean Paul II criait aux jeunes à Gerland “ Ne vivez pas pour autant dans l’angoisse, la diffusion surabondante de nouvelles tragiques, des problèmes insolubles, risquent de mettre sur vos épaules des fardeaux trop lourds à porter”. Notre ministre de la santé est dans le vrai quand il annonce que ” la santé mentale des français devient cause d’inquiétude”. Nos fardeaux deviennent trop lourds à porter. Et quand les charismatiques zélés jouaient de la Flûte, vous n’avez pas dansé ! Donc dans la tristesse vous sombrez et dans la joie vous vous tirez une balle dans le pied.
 
 Oui madame la Châtelaine, La chute est un don de Dieu. Si Jérusalem est tombée ce n’est pas à cause des romains. C’est juste parce qu’elle avait tué tous les prophètes que Dieu lui avait envoyé.” Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés…votre maison vous sera laissée déserte” ( Luc 13,31)
 
Vous n’avez pas voulu de Dieu ? Alors vous tomberez sans Dieu et votre chute sera très brutale.
Celui qui chute avec Dieu ressent la douceur des coussinets divins.
La société a voulu se construire contre Dieu ? Alors elle s’est construite contre l’Homme : alors la révolution est à notre porte !
Et si nous avions des crimes à nous faire pardonner ? Alors supplions le !
Notre examen de conscience doit être très sérieux en ces temps qui frôlent un ébranlement de tout notre système…y compris sympathique !
Allo ? Madame la comtesse ? Mince, elle a raccroché…
Dommage je voulais lui lire Isaïe 40,1-9 :” Parlez au cœur de Jérusalem et proclamez que son crime est pardonné”.
Vivement Noël pour entendre que notre honte est pardonnée.
Paix aux Hommes de bonne volonté !
Frère Marie-Angel, adlv